Devenir graphiste

Tout savoir pour accéder aux métiers du graphisme : graphiste, infographiste, webdesigner, deigner graphic...

Tout savoir pour accéder au métier de graphiste

13 votes : 4.6
Les métiers créatifs ont ceci de particulier : ils sont tous entourés d'une aura de mystère. Et le métier de graphiste n'échappe pas à cette particularité. Il a beau être connu et reconnu, il soulève encore et toujours une foule de questionnements. Ceux qui exercent ce métier ont beau tenter d'expliquer patiemment ce qu'ils font au quotidien, tout ce qui nécessite la contribution de l'imagination semble difficile à appréhender pour la plupart des gens. Si vous avez atterri sur cette page, c'est que vous faites probablement partie de ces personnes qui aimeraient bien en connaître un peu plus sur le métier de graphiste. C'est un plaisir pour nous de vous le faire découvrir. 0

Présentation du métier de graphiste

 

Son rôle, ses missions, ses domaines d'intervention, les métiers connexes


Il sera question dans un premier temps de vous présenter le métier de graphiste, du rôle qu'il joue auprès des clients qui requièrent ses services pour traduire les idées qu'ils ont en tête, en images, qui ont besoin de ses précieux conseils pour concevoir des éléments visuellement attrayants afin de communiquer leurs messages de façon originale et concise. Nous verrons également que la routine fait très rarement partie du quotidien du graphiste. Ses missions sont variées et il est appelé à intervenir dans une multitude de domaines : mise en page, typographie, création de logos, de brochures, de maquettes... Et si vous vous interroger à propos des métiers connexes au graphisme, ceux que l'ère des nouvelles technologies a engendrés, nous vous présentons succinctement dix d'entre eux, soit le designer, le webdesigner, le concepteur multimédia, l'animateur 3D, le dessinateur technique, le maquettiste, l'infographiste, l'illustrateur, le concepteur de jeux vidéo et le directeur artistique.

Les principaux champs d'intervention du graphisme


Peut-être ne connaissez-vous pas la réelle utilité d'une charte graphique mais n'avez jamais osé le demander ? Vous en saurez davantage sur cet outil incontournable préparé par et pour le graphiste et ses collaborateurs. À l'ère du numérique, peut-être croyez-vous que les supports imprimés, comme les cartes de visite, les papiers à en-têtes, les catalogues... sont désormais obsolètes ? Vous allez voir qu'ils n'ont pas encore dit leur dernier mot et qu'ils font encore partie de l'univers du graphiste. Les supports digitaux, quant à eux, vous sont peut-être un peu plus familiers, tels que les sites Web, les réseaux sociaux, les blogs..., mais connaissez-vous les réels avantages qu'une entreprise peut retirer de ces supports de communication créés par le designer graphique ? Et que dire du packaging, l'emballage d'un produit, capable d'attirer le consommateur, de le repousser ou pire encore de le laisser indifférent ? Le packaging est partout autour de nous et constitue l'un des champs d'intervention centraux du graphiste. Les principaux champs d'intervention du graphisme

Les principales étapes d'un projet de graphisme


Afin de bien s'acquitter de ses tâches, le graphiste a besoin d'un plan. Même l'aspect créatif des projets doit être bien contrôlé pour éviter qu'ils partent dans tous les sens. Le plan-type recommandé, qui peut bien sûr être adapté, comporte généralement les sept étapes suivantes : la cueillette de l'information, soit le prise en note des renseignements nécessaires à la bonne marche d'un projet; la préparation d'une version préliminaire, qui donne un aperçu du résultat final; la présentation d'une proposition au client, comprenant ni plus ni moins que les clauses du contrat; le remue-méninge créatif, autonome ou collectif, pour générer des idées; la production manuelle de croquis, pour s'assurer de prendre la bonne direction; la conception du projet; et comme étape finale, les ajustements suite aux commentaires du client.

Les débouchés professionnels


Les différents cadres de travail parmi lesquels le graphiste peut choisir fait aussi partie des sujets qui seront abordés sur ce site. Qu'en est-il de travailler dans le domaine du graphisme en tant que freelance (comme indépendant ou à son compte) ? Quelles sont les caractéristiques rattachées à ce statut ? Quels avantages et possibilités laisse-t-il entrevoir ? Est-il plus judicieux d'opter pour le statut de salarié dans une agence de communication, pour l'expérience qu'il permet d'acquérir dans un court laps de temps ? Est-il préférable peut-être de travailler comme graphiste dans une entreprise, là où l'encadrement est meilleur et où l'on peut profiter d'un bon équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle ? Et que dire du portage salarial, qui permet d'expérimenter à la fois le statut d'entrepreneur et le statut de salarié ? Les débouchés professionnels

Les logiciels de PAO


Dépourvu de bons logiciels de design graphique, le graphiste éprouverait certainement plus de mal à convertir avec originalité, précision et célérité les idées qui lui passent par la tête. C'est pourquoi une présentation vous est faite de quelques-uns de ses principaux outils de dessin, d'édition d'images, de mise en page, c'est-à-dire Photoshop, Illustrator, InDesign et CorelDraw. Tout graphiste a intérêt à bien maîtriser ces logiciels ou à tout le moins à accepter d'en faire l'apprentissage, question de se maintenir à jour en matière de conception assistée par ordinateur. Photoshop est l'éditeur d'images par excellence, Illustrator, un logiciel de dessin d'une grande puissance, InDesign gère la mise en page de documents de tous genres dans les règles de l'art et CorelDraw est l'outil idéal pour réaliser des dessins vectoriels.

Les compétences professionnelles du graphiste


Avant de vous entretenir des diverses étapes pour devenir graphiste, il est important que vous connaissiez le bagage de compétences professionnelles et personnelles que le graphiste doit transporter pour bien réussir dans son métier. Il doit bien sûr posséder des habiletés en termes de savoir-faire : logiciels de création graphique, notions de programmation, techniques d'impression, règles typographiques, théorie des couleurs... afin que les visuels créés donnent les résultats escomptés. Mais ce sont ses compétences relationnelles qui font toute la différence lorsque vient le temps de faire affaire avec un client. Sens artistique, bonne communication, flexibilité, résistance au stress, patience, débrouillardise... sont autant de qualité en termes de savoir-être à posséder ou à acquérir pour rendre les interactions du graphiste plus harmonieuses. Les compétences professionnelles du graphiste

Devenir graphiste

 

Pourquoi devenir graphiste ?


Nous poursuivrons la découverte du métier de graphiste en présentant les raisons qui rendent ce métier attirant, qu'il s'agisse d'un premier emploi ou d'un changement d'orientation de carrière. La possibilité que cette profession offre d'abord et avant tout de donner libre cours à sa créativité. Les individus qui ont du talent en dessin, qui sont dotés de beaucoup d'imagination, qui aiment utiliser les outils technologiques sont souvent intéressés par le graphisme ou les métiers qui s'y rattachent. Ensuite, le graphiste peut choisir le statut qu'il désire. Il peut s'établir à son compte, décrocher un boulot dans une agence de communication, travailler dans le département de marketing d'une grande entreprise. La profession de graphiste offre aussi l'avantage d'acquérir de solides connaissances en informatique grâce à l'utilisation des outils de création graphique qui ouvrent facilement des portes. Il s'agit en outre d'un métier qui permet de toucher à plusieurs univers même dans un environnement de travail stable.

Nous avons développé pour vous un volet complet sur la formation du graphiste qui se divise en quatre catégories : l'accès au métier de graphiste sans diplôme, l'accès au métier de graphiste suite à une formation initiale, dans le cadre d'une réorientation de carrière et dans le cadre d'une formation à distance.

Devenir graphiste sans diplôme


Pour accéder à un emploi qui rencontre nos critères d'intérêt, l'obtention d'un baccalauréat est généralement le niveau d'études minimum à atteindre. Mais est-ce aussi le cas d'un métier qui exige davantage de compétences créatives et techniques que de connaissances théoriques ? Est-il envisageable de devenir graphiste lorsqu'on ne souhaite pas ou que l'on ne peut pas suivre une formation, quelle que soit sa structure ? Pour accéder au métier de graphiste, une formation en bonne et due forme n'est pas nécessairement obligatoire. De solides compétences et la présentation d'un book dûment préparé suffisent souvent à dénicher un emploi intéressant. L'inscription à une plateforme qui met en relation chercheurs d'emploi et chercheurs d'employés, l'entrepreneuriat et la formation autodidacte constituent d'excellentes solutions de rechange pour les candidats talentueux qui ne souhaitent pas passer par une formation menant à l'obtention d'un diplôme spécifique. Devenir graphiste sans diplôme

Devenir graphiste après une formation initiale


Malgré tout, l'acquisition de connaissances reconnues et certifiées ajoute de la crédibilité à un dossier de candidature. Le candidat scolarisé tend de surcroît à bénéficier d'opportunités offertes exclusivement aux diplômés. Mais quel parcours de formation privilégier alors ? Après l'obtention d'un baccalauréat, l'étudiant peut enchaîner avec des formations de type bac+2 à bac+5 dispensées par les universités, des écoles privées et même par des écoles d'art, très sélectives cependant. Il y a également des formations techniques et professionnelles, souvent offertes à distance, pour devenir rapidement compétent dans le domaine du graphisme.

Devenir graphiste dans le cadre d'une réorientation professionnelle


Certains travailleurs en cours de carrière reconnaissent ne pas être ou ne plus être à leur place dans le métier qu'ils exercent. Une réorientation de carrière est alors nécessaire. Mais comme il s'agit d'une démarche qui demande mûre réflexion pour être couronnée de succès, il faut franchir plusieurs étapes et se poser les bonnes questions, pour arriver à la bonne conclusion. Il faut passer par la phase d'introspection (analyse en profondeur de la démarche), par la phase d'inventaire (évaluation du bagage de compétences), par l'étude de faisabilité (pour avoir un aperçu du taux de succès), pour enfin passer à la mise en application de son projet de reconversion en tant que tel. Lorsqu'on a envisagé toutes les possibilités et qu'on en vient à la conclusion que le métier de graphiste correspond à nos intérêts, il reste à choisir le type de formation qui nous convient le mieux. Il est possible d'opter pour une formation traditionnelle dans une institution scolaire qui regroupe un fort pourcentage de personnes en situation de reconversion professionnelle. Une autre option intéressante est de se former en autodidacte, formule très souple qui exige toutefois une bonne gestion du temps et de la discipline. On peut également recourir à la formation via Internet pour maîtriser les notions de base, consulter des blogs animés par des experts en graphisme ou encore lire des bouquins spécialisés afin de maîtriser les principes théoriques en lien avec le graphisme. Enfin, la réalisation de projets personnels fictifs est un autre excellent moyen de réorienter sa carrière dans ce domaine.

Devenir graphiste grâce à une formation en e-learning


Se former sur un banc d'école n'est pas un mode d'apprentissage qui convient à tout le monde. Une autre option envisageable pour apprendre le métier de graphiste est cependant disponible et a pour nom formation à distance ou e-learning. La popularité de ce type de formation ne cesse de croître grâce à ses nombreux atouts. En plus d'être accessible à tous, il s'agit d'une formule pratique puisqu'il ne suffit que d'un ordinateur et d'une connexion Internet pour être mis en œuvre. C'est une méthode reconnue comme flexible car l'apprenant peut se former à son propre rythme, sans devoir se déplacer. La formation à distance encourage le travail collaboratif, permet la réalisation d'autres projets en alternance, accélère les apprentissages et optimise leur rétention. Cette formation se révèle être également moins dispendieuse. Elle peut être de nature diplômante ou qualifiante (sans diplôme, dans un but de perfectionnement uniquement). Le contenu d'une formation à distance est sensiblement le même qu'une formation en présentiel, c'est-à-dire un volet d'enseignement général, un volet artistique, un volet technique et un volet pratique. Au terme de sa formation, l'étudiant peut poursuivre son cursus et se spécialiser ou exercer à titre de graphiste.

Devenir graphiste freelance


Le statut de freelance compte beaucoup d'adeptes, particulièrement auprès des individus qui exercent un métier dans le domaine des arts. Ce n'est certainement pas étranger au fait qu'il apporte énormément de latitude en ce qui a trait à l'organisation de leurs tâches, de leur temps, du choix de leurs projets. Mais cette absence d'encadrement implique aussi pour le travailleur indépendant une grande part d'autonomie, du sens de l'organisation et du sens des affaires pour être en mesure de se constituer un portefeuille de clients suffisamment important afin de générer un revenu décent. Mais le statut de freelance reste avantageux à plusieurs égards pour le graphiste confirmé, habile à voler de ses propres ailes. Devenir graphiste freelance
DOCUMENTATION GRATUITE
Trouvez votre formation et obtenez des renseignements en complétant les champs suivants.
* Informations obligatoires
Utilisation des données personnelles
En validant ce formulaire, vous acceptez que vos données personnelles soient utilisées par le GIE EDUNEO (responsable du traitement) et ses membres ou partenaires pour vous contacter par mail et/ou téléphone afin de vous transmettre des propositions commerciales sur les formations de votre choix. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et exercer vos droits, consultez cette page.